Pourquoi est-il si bon de se masturber ?

La masturbation(ma-stur-ba-sion) s. f

Genre de libertinage solitaire, nuisible à la santé. 🙂 (déf dico)

Heureuse de savoir la libération de la femme en marche

Les femmes de ma génération sont rentrées dans la sexualité avec des images candides de la libération sexuelle. « Le plaisir féminin est désormais pris en compte voire revendiqué. » oui mais………..on ne sait toujours pas comment s’y prendre.

Qu’attendent réellement les femmes de la sexualité?

Elles veulent que quelqu’un s’occupe d’elles et leur offre des sensations, les rassurer sur leur corps pour devenir une petite chose désirable, sexy mais pas trop ! Répondre au besoin impérial de se sentir désirée. Elles ont besoin d’être rassurée sur leur technique (bien meilleure que la précédente petite amie) 🙂 . Elles attendent d’être valorisée et rassurée sur leurs  mensurations « où il faut comme il faut » ni trop petit, ni de trop gros.  Oui mais j’ai des hanches, des petits seins, des jambes comme ci, des fesses comme ça. Es tu bien sur que tu les aimes ? et surtout, elles veulent pouvoir s’exprimer sans être cataloguée de…super cochonne 🙂

Vous êtes dans la relation à l’autre, une position de retrait et d’attente. La peur du regard de l’autre, le besoin de sécurité prime.  Vous n’êtes pas dans une dynamique de plaisir, ni de découverte de votre corps ou celui de votre partenaire. Le cadre est posé et celui-ci est déjà lourd à porter.

1er constat : vous portez vos attentes vers l’extérieur

Et face à vous se place un homme aux supers pouvoirs, plus érotique, plus sensuel et surtout plus expérimenté. Croyance tenace, l’homme est censé permettre à la femme en devenir, d’atteindre le nirvana, facilement.

Est-ce vraiment son rôle à notre époque ??

Souhaitez-vous une relation sous lui ou avec lui ?

Quoi de plus simple comme raccourci, imaginer l’homme en expert de l’anatomie féminine au motif qu’il aime perdre ses doigts dans sa moiteur. Il est inébranlable puisqu’il bande à la vue d’une petite culotte et/ou d’une paire de seins un peu trop généreux qui ne demande qu’à sortir du décolleté.

Erreur, réduire l’acte sexuel à l’emboitage  de brique lego agrémenté d’un soupçon de stimulation visuelle. S’il suffisait de s’emboiter pour que tout se passe bien ça se saurait. 🙂

Revenir aux fondamentaux et prendre le temps d’apprendre …

Comment fonctionne votre sexe ? Quelles zones vous préférez ?  Quels type de caresses vous préférez, aux doigts, avec langue, la main, une plume, griffures, avec ou sans huile, peau contre peau? Dans quelle position ? Quel fantasme permet de mettre en marche le petit vélo ?  Quel cadre vous plaît ? Quelles odeurs

Vous voyez bien que votre partenaire ne peut répondre à toutes ces questions.  Seul votre regard, votre implication, votre passage à l’action et votre curiosité envers la chose pourront donner si ce n’est une réponse un début de piste pour apprendre à vous connaître et appréhender le plaisir sexuel.

Pour remédier aux manques, je ne vois plus qu’une seule chose à faire

Petite vidéo pour bien comprendre l’importance des choix

La masturbation est la seule drogue qu’on a toujours sur soi.

jean hedern hallier

Etape 1 : se découvrir ou redécouvrir le petit berlingot et gouter sa perle de rosée

L’Onanisme vous parle ou vous le classifiez toujours en perversion sexuelle ???

Pratique d’auto érotisation pour parvenir à l’orgasme normalement pratique solitaire en dehors de la pénétration pénis/vagin. Se caresser dans le seul but de se donner du plaisir pas nécessairement un orgasme mais surtout s’adonner à une pratique sensuelle en dehors du but de procréer.

Si l’on se réfère à cette définition, cela nous laisse un champ d’action énorme pour s’adonner au plaisir solitaire ou en couple. Il n’y a pas que le vagin qui comprend des zones érogènes. On pourrait même dire que c’est la zone la moins réactive puisque désensibilisée pour permettre de rendre tolérable le passage de l’enfant. Par conséquent, n’importe quelles zones du corps stimulées pourraient très bien faire l’affaire pour se donner du plaisir. Un téton, un coude, un lobe d’oreille, un doigt, un pied.  On parle pourtant de masturbation et non de relation intime ???? étrange

Le terme masturbation garde une connotation honteuse pour une pratique où la main est souillée. (Lat. manus, main, et stuprare, polluer.) L’utilisation de toys ergoniques n’y aura rien change.

Se caresser reste tabou !

Madame, vous ne risquez plus l’enfermement, ni le qualificatif d’hystérique. Les hautes instances sauf dans certains pays pour des raisons magico religieux, ne brûlent plus le clitoris pour éradiquer toutes envies qui grattent ou pour éloigner la tentation ou le mal. Dans les pensionnas, on n’attache plus les jeunes filles même si pour vous le traumatisme est encore vivace.

Il y a du bon dans la masturbation

Un plaisir sensuel remis au goût du jour par et pour les femmes

Aujourd’hui, VOUS avez la possibilité de reprendre le contrôle de votre corps et la manière la plus sur de lui procurer un plaisir, c’est de vous caresser.

Cela vous donnera du peps pour la journée, réduira votre niveau d’anxiété, permet à vous organes internes de se nourrir de ce feu. Vous offrira une meilleure circulation à vos gonades. Les endorphines libérées au moment de l’orgasme est un bon régulateur.

Alléluia, la répétition décharge la pression ça vous rendra moins sujette à la dépression

Le bonus de la pratique masturbatoire

  • Bien se connaître, c’est bien guider son partenaire et se donner plus de chance de s’épanouir en couple.
  • Savoir obtenir un orgasme seule met plus de chance de l’obtenir en couple

Contrairement aux idées reçues, l’activité sexuelle ne nuit pas à l’activité intellectuelle !

Vous n’allez pas devenir bête ou sourde, si vous vous me masturbez.

A notre époque une place est accordée à la santé sexuelle, cette pratique fait partie des jeux de couple. L’héritage de notre culture judo chrétienne n’est plus aussi prégnant sur nos bonnes mœurs.

Je vous pose la question

Qu’est-ce qui vous empêche encore de vous découvrir ???

la masturbation revient à mettre les doigts dans le pot de confiture  et cette peur associé de se faire surprendre. La vilaine petite fille désobéissante et trop gourmande. Pourtant on ne saurai imaginer prendre du plaisir si on ne connaît pas le potentiel de son instrument. Comment savoir si vous partenaire sait le faire vibrer sur la bonne note ??

De vous et moi, avez-vous déjà regardé votre vulve dans un miroir ? Ecarté ses plis, exploré ses recoins, mis les doigts dans sa fente, décalotté votre capuchon. Avez-vous pris conscience de sa complexité et de sa beauté unique ?

Et pour compléter le tableau

Il est intéressant pour favoriser la lubrification de stimuler vos glandes galactophores… encore une zone méconnue. décidemment le corps de la femme nous réserve bien des suprises.

Belle découverte

Sensuellement vôtre!

annah

 

Réveillez votre libido

Et si vous plongiez dans un bon livre érotique…….

Avez-vous remarqué la constance dans nos lectures. L’homme est beau ténébreux, un brin dangereux et surtout, surtout sur de lui. Il doué de ses doigts et doté d’un sexe hors norme, pour ne pas dire ENORME:). Un détail qui est censé nous séduire car il assurerait l’orgasme à coups sur ?????

La femme a du caractère pour ne pas paraître trop niaise, revêche pour ne pas se laisser happer par les affres du désir mais avec quand même un sérieux penchant salace enfin insatiable, une fois éprise.

Pourquoi toujours le même scénario ?

Simplement pour pouvoir nous projeter dans quelque chose très loin de notre quotidien. Nous faire goûter à une part de rêve. Est-ce naïf de vouloir croire aux contes de fée, où la belle se laisse emporter et épouser par le ténébreux et mystérieux inconnu qui n’est autre que le prince du royaume ?

C’est en tout cas plus encourageant que d’être culbuter par le coup d’un soir. Vous savez car nous en avons toutes un dans le placard. Le maladroit qui vous a éjaculé dessus en un temps record et qui s’est ensuite endormi vous laissant sur le carreau. Au matin il s’est senti repoussé, vexé de ne pas pouvoir recommencer, il vous aura traité de salope ou d’allumeuse. Ça ce n’est pas très glamour encore moins faire plait !

Nous recherchons le confort, mooui, la possession oui même si nous nous en défendons bec et ongle, le plaisir OH OUI, accompagné d’une vie hors norme, si si pour goûter à un petit bout d’éternité.

Que recherchez-vous si ce n’est l’aventure et le plaisir à chaque rendez-vous?

Si on se marie ce n’est pas pour avoir la maison avec la barrière blanche mais pour avoir un lieu à l’abri des regards pour grimper aux rideaux et hurler de plaisir dans toutes les pièces. Et si affinité, porter un enfant de lui …après de multiples essais

NON ???? Alors, je dois être bizarre !

Et bien moi, je dis merci aux auteurs de romans « SEXY»Quand on regarde ce qu’est devenu notre rêve, il faut ramer pour croire en la féérie du prince pas si charmant couché à côté.

Au moins, si vous avez pu mouiller votre petite culotte et plus à la lecture des passages torrides, c’est ça de pris !

OUI, nous pouvons clamer haut et fort que les Françaises s’emmerdent au lit et ne savent plus comment alimenter leur libido trop basse due en partie à la fatigue, le stress et les emmerdements de la vie et la routine.

La lecture érotique est un coup de fouet à notre vie insipide et des idées toutes mâchées pour nos futurs plans culs.

Juste pour le plaisir voici quelques passages croustillants

Carrément sexy
Il passa les mains sous sa jupe et la fit lentement remonter, s’attardant à caresser la douceur de ses cuisses et de ses hanches. Elle ploya le buste en avant et écarta légèrement les jambes, ses fesses s’en trouvant superbement mises en valeur. Elec en eut l’eau à la bouche et déglutit douloureusement. Il effleura les doux replis de sa chair du bout des doigts, s’insinua en elle et la caressa suavement. Elle était prête à le recevoir, et le gémissement d’encouragement qui franchit ses lèvres le fit se tendre tout entier d’un désir ardent.
Erin MCCARTHY

Le prince égyptien Dans ses yeux, elle découvrit une telle passion que son sang se mit à bouillonner dans ses veines. Sethi pressa sa nuque d’une poigne ferme pour l’attirer à lui et l’embrassa lentement, au même rythme qu’il la pénétrait. Sa langue chercha la sienne, ses dents mordillèrent doucement ses lèvres. Camille le sentait aller et venir entre ses fesses et la sensation n’était plus du tout aussi dérangeante que quelques minutes plus tôt. Christy SAUBESTY

Plaisirs interdits il l’écartela d’un coup de reins, lui volant sa respiration, recommençant encore et encore, anéantissant sa volonté à chaque nouvelle poussée. Quand il glissa sa main entre eux pour presser son clitoris gonflé, il prit aussi possession de son âme. Elle cria et l’étreignit de toutes ses forces pendant qu’il se raidissait et gémissait son prénom. Elle sentit son sexe palpiter en même temps que la chaleur de son sperme se répandait en elle.
Sara MC CARTY

Tout ce qu’il voudra
Ses mains attrapèrent mes hanches et il me colla contre son corps, et un genou dur s’inséra entre mes genoux. Prise par surprise, j’ai instinctivement ouvert mes jambes et j’ai été soulevée jusqu’à ce que je sois à cheval sur ses hanches. Je me senti un moment le coeur à nu, puis il a plongé à l’intérieur de moi et j’ai eu le souffle coupé.
Sara FAWKES

Avez-vous aimé ?

Quel est votre auteur préféré ? Avez-vous un passage qui vous aura marqué ? A celles qui ont honte, que ce cache t-il derrière votre imagination ?

Partagez votre avis dans les commentaires ci -dessous

Sensuellement vôtre !

Annah

Le pouvoir –  Qui le détient ?

Le pouvoir

« Vous ne pouvez avoir du pouvoir que sur ce qui vous a été offert »

Comprenez-vous cette phrase ?

Bon nombre de couples pensent ou supposent que celui qui prendra la place du dominant, pourra contraindre son ou sa partenaire à faire de choses qu’il ou elle n’aura pas validé.

Vous sous estimez l’incidence que peut avoir une soumise sur son maître et vous sur estimez le pouvoir du dominant.

Il n’y aurait aucun intérêt et ce même si l’image fantasmée du dominant perdure qu’il est un maître autoritaire qui ne souffre aucune objection quant aux ordres et actes qu’il imposera à sa partenaire. Celle-ci n’ayant pas d’autre choix que d’accepter sans broncher.

C’est une croyance qui a ses limites dans l’action. Cela n’offre aucune ouverture d’évolution dans le jeu pour aucun des partenaires. Cette mauvaise expérience n’appartient pas aux codes DS et ne serait déresponsabiliser le choix du pervers qui se cache derrière.

La perte de dignité n’est pas un prix à payer pour comprendre qui on est.

Pour être un bon dominant, il faut savoir faire preuve de compréhension et d’empathie. C’est grâce à son regard et sa maîtrise de la situation qu’il offrira le cadre sécuritaire pour permettre à sa soumisse de s’épanouir et explorer sa sensualité, flirter avec ses limites et dépasser ses peurs.  C’est indéniable la confiance déposé est un pouvoir grisant qui renforce sa posture

Pour déterminer le cadre, il faut accepter ses envies et ses limites. On ne peut évoluer que de l’endroit d’où on part. Ensuite, il est important de tester, discuter, faire marche arrière, stopper, se renouveler,  rebondir puis passer le cape tout ceci, pas après pas.

On en revient à la discussion ouverte et sincère. C’est bien au travers de cette recherche que la soumise offre l’opportunité au couple d’évoluer

C’est également elle qui a le pouvoir de stopper la séance si la mise en place de son fantasme ne lui correspond pas ou si elle a atteint ses limites (mots codes)

Mon côté rebelle, vous dirait que le pouvoir appartient à la soumise 🙂

Mais pour être réaliste puisqu’il ne peut y avoir de bon dominant sans soumise de caractère et de bonne soumise sans un dominant protecteur,  j’en viens à la conclusion que le dit pouvoir est partagé

Quel est votre avis sur le sujet?

Sensuellement vôtre

Annah

image issue de tumblr

Pourquoi êtes-vous si bêtes ?

Je me pose la question.

Une femme est un volcan endormi qui ne demande qu’à exploser. Pourtant, malgré les nombreux signes de son réveil sensuel, vous semblez vous repaitre de minimum syndical. Bande de fainéants, vous gâchez tout ! Vous passez à côté de l’opportunité de vous épanouir l’un et l’autre.

A rester sur vos positions, guidées par votre égo qui confirme votre suprématie et votre bon droit à la limer sans passion. C’est super de vous excitez à la vue des ses courbes mais loi d’être suffisant.Lla passion envisagée  sous cet angle ne soulage que vos couilles. Les femmes ont un peu plus d’exigences même si elles résistent.

Quand allez-vous comprendre qu’une femme est un joyau qui recèle tant de mystère qu’il faut creuser (un peu) la question pour trouver des réponses à votre désir ?

Désolée, ce matin je suis chafouin ! Je ne peux pas faire autrement après la lecture de mails de femmes désespérées. Qu’est-ce que vous avez foutu hier soir et ce matin ????? rien pas même une petite léchouille pour lever la frustration de la semaine.

Vous vous souvenez que la femme à côté de laquelle vous vivez n’est ni une poupée de porcelaine ni une poupée gonflable.

Marre de vos gestes lourdauds et approximatifs qui n’ont qu’un objectif, tirer au but.

Qu’est-ce qui vous passe par la tête, pour rester branque à ce point ?? Il existe de multiples sites du cul ou éducatifs, de vidéos, de séminaires, de livres pour apprendre à donner, à s’émanciper, à contrôler la montée du désir, à prodiguer des caresses.

Je ne vous aide pas, ne serait-ce qu’un tout petit peu ????

Ne venez pas me dire qu’il est impossible de changer,  au profit d’une amélioration significative de vos sex appeal, de vos performances, de votre angle d’attaque, de votre romantisme.

Ne venez pas vous plaindre d’être mis sur la touche à 50 ans. Vous êtes des ânes !

Nous avons un corps émotionnel qui vibre de ses 5 sens. Réveillez-vous bon sang. Vous passez à côté du seul plaisir pour lequel votre corps, votre cœur et votre tête sont en accord.

Fini de payer le tribu, choisissez une pomme bien juteuse. Croquez dedans et savourez sans complexe le fruit défendu.

Un petit effort, please………………

Le samedi matin, je veux des étoiles dans les yeux, un sourire béat sur les lèvres, un cul en feu et des soupirs de contentement out frustration et pleurs

Sensuellement vôtre

Annah

photo issue de pinterest

Exprimer son désir – dilemme, crier, gémir ou rester muette ?

Choisir entre le silence d’une carpe, la lionne qui rugit ou les petits cris sensuels.

Quelle l’attitude vous permettrait de conserver la bien séance et garder la face à exprimer votre plaisir?

Cette question, les femmes se la posent souvent. Malheureusement dans la conscience collective, une femme qui crie, hurle, grogne, soupir bruyamment est une chienne voire une salope. Enfin, rien de très convenable ! Et surtout à l’opposé de l’éducation reçue pour bien se tenir. Une fille doit être jolie, mettre en valeur l’homme qui l’accompagne et si possible ne pas faire de vague.

Les temps ont changé pourtant s’exprimer et montrer le plaisir que procure l’acte sexuel reste difficile à assumer. Ce qui se vit entre vous, reste à votre discrétion. A vous de créer l’intimité qui vous ressemble. Le témoignage sonore est un gage de complicité sexuelle, sensuelle entre adultes consentants

Les croyances ont la vie dure dans l’action. Encore trop de femmes pensent qu’elles doivent laisser leur côté romantique de côté à la faveur du côté bestiale de l’homme. Ecarter les cuisses pour son plaisir à lui et uniquement pour lui. D’ailleurs, seuls les hommes sont des affamés du sexe. « Ils ne pensent qu’à ça » cette petite phrase, je l’ai encore entendu cette semaine.

Combien de petites filles en âge de comprendre ce qui se passe entre un homme et une femme l’auront entendu de la bouche de leur mère ?

Si elles ne se sentent pas considérée et accompagnée, comment se positionner autrement que dans la passivité. Pouvez-vous comprendre leur difficulté à se projeter dans le plaisir. Pourquoi ou pour qui devraient-elles s’évertuer à expliquer ce qui leur ferait plaisir, si vous ne les écoutez pas?

C’est bien pour ça que de petites malines prennent des amants pour au moins une fois dans leur vie, s’autoriser à se déchaîner, crier, jouir. S’autoriser à être de petite filles sales, cochonnes, gourmandes, délurées, espiègles le temps de l’interlude.

Comment voulez-vous qu’elles puissent imaginer convenable et intéressant avec le partenaire officiel tombé dans la routine et qui connaît leur famille, pouvoir crier sous les va et vient de votre langue ? Comment accepter que vos doigts au fond de leur intimité qui chatouillent le point essentiel de l’alphabet, puissent être destinés à leur donner du plaisir. Comment vivre sa sexualité sans contrainte ni risque de chantage?

Comment assumer cette part d’ombre en elles, si vous ne les encouragez pas ? Pourquoi messieurs ne les détrompez-vous pas sur ce qui doit se faire et partager dans un couple ?
Question bête, le savez-vous ?
Tout comme vous, elles auraient à gagner à assumer leur côté sauvage si souvent réfréné.

Elles pensent à tord car personne n’a démenti et aucune expérience antérieure n’est venue contredire l’idée que parfois les hommes aiment donner du plaisir aux femmes..

Avouez leur qu’il est jouissif pour vous de voir imprimé le plaisir sur leur visage quand elles s’abandonnent. Dites leur que vous vous délectez de les entendre crier, frémir et réagir sous vos gestes.

C’est jouissif même si un masque de terreur se peint sur leur visage pendant qu’elles tombent. Oui elles ne sont plus policées aussi présentables avec des gouttes de sueur qui perlent sur le front et collent leurs cheveux. A qui aura remarqué se voile dans les yeux quand elles sont perchées dans les limbes du plaisir, sait qu’il est difficile de garder le silence et se plaît à entendre cette variation dans la voix, cassé, chevrotante ou stridente quand elles crient votre petit nom.

Et bien, permettez moi de vous dire que vous êtes tout aussi ballots l’un que l’autre à ne pas clairement vous exprimer sur vos besoins et vos doutes.
Quand lui avez vous notifié que le silence était perturbant et peu encourageant à poursuivre vos avances ? Lui avez-vous dit que vous aimiez ses soupirs lascifs ? Avez-vous vu l’interaction entre action et réaction pour progresser dans la montée du désir ?

Vous n’avez pas de penchant pour la nécrophilie. Il n’y a rien de plus troublant que de pénétrer une femme qui n’a non seulement pas d’appétence mais qui en plus ne réagit pas. Les hommes qui ont vécu cette situation savent de quoi je parle. C’est terrible et cela coupe toutes ardeurs.

C’est vraiment du gâchis !

Allez les chipies, vous avez tout à gagner à savourer le plaisir. Le cri libère vos envies coquines, aide à la montée. Il est agréable d’être impudique ! Oh oui, revendiquez votre plaisir. Vous êtes si belles quand vous prenez votre pied 🙂

Qu’est-ce qui est le plus important, garder la face ou profiter de ce que votre corps a à vous offrir ?
Qu’auriez-vous à gagner à vous libérer ?

en attendant de rugir de plaisir, laissez dans les commentaires ci-dessous

Sensuellement vôtre
Annah

Leçon numéro 1 : Apprendre à se tenir tranquille !

Je fais appelle à votre volonté mais aussi à force physique pour tenir la posture. La plus grande difficulté quand on décide d’être soumisse ou pour soulager votre orgueil de jouer le jeu de la vierge effaroucher et le beau ténébreux

Dur constat à qui a déjà tenté l’aventure, réussir à tenir la distance, supporter l’inconfort de la posture. Oui l’âge est là mais aussi le maque de condition! Qui sait rester à genoux sans avoir mal aux rotules ou aux chevilles. Tenir le dos parfaitement droit ou penché en avant sans ciller, ni s’arrondir ? Et bien certainement pas un/une novice.

 

Non seulement, le corps est éprouvé mais votre volonté est mise à mal. Attendre sans broncher fait rager. Vous allez passer de :
1. l’impatience de le sentir près de vous,
2. l’excitation d’imaginer le scénario
3. l’inquiétude d’être à la hauteur de ses attentes,
4. le doute de pouvoir endurer
5. une subite envie d’hurler de ne pas pouvoir bouger
6. la peur de vous écrouler.

Le savoir si prêt sans qu’il ne vous accorde la moindre attention et c’est l’égo qui se réveil.
Non mais pour il se prend ?? Pourquoi devrais-je endurer ça ? Au nom de quelle gratification, je devrais m’avilir à ce point ? Vous vous retenez, vous pestez……… vous hurlez (en silence) La pression monte en flèche. Votre peau se couvre d’un léger voile rosé. Vos joues s’empourprent. Comme une pique viendrait vous mordre la chair, vous vous levez. Personne ne saura que vous avez pris une telle liberté.

Ma douce, vous ne savez pas dans quoi vous avez mis les pieds. 😉 Inexpérience oblige.

Tout le monde sera satisfait et vous lui supposez encore une largesse. Grossière erreur ! A cet instant, ce n’est plus votre mari ou amant à qui vous avez à faire mais à votre maître ! Et c’est en général le moment qu’il choisit pour vous rejoindre. Croyez-en mon expérience enfin mes fesses s’en souviennent

Honte sur vous ! Vous êtes bonne pour un redressement en bonne et du forme et cela peu importe le temps resté sage. C’est d’ailleurs le souhait de certaines gouter et éprouver la rigueur du maître et le mordant du fouet ou cravache. Moi je lui préfère quand il est dans le jeu sexuel. Enfin, chacune son travers.

Un autre conseil, abandonnez de suite, les excuses données ou la mine contrite affichée, ça marche pas!
Vos efforts seront ruinés par ce manque de condition physique, cette faiblesse psychologique.
Pour ne plus avoir mal avant les festivités et tenir la route, goûter au meilleur ou simplement pour éviter la punition. Chacune trouvera une motivation pour tenir son objectif « le servir » « être une bonne petite fille sage » « être docile »

des exercices de renfort physique sont à mettre à votre planning. Apprenez à vous plier et vous relever le plus gracieusement possible. Rester dans la posture imposée 1 min, 2 puis 3 … A faire tous les jours jusqu’à ce sentir à l’aise faire des séances de step et dernier exercice pendant 5min, courir normalement 30 secondes, lancer le sprint pendant 10 seconds pause à refaire 5 fois.
Avec ça vous serez au top de votre forme. Votre petite vengeance pour le devancer

Et pour celles qui fulminent, jetez un œil du côté de la méditation 😉

Sensuellement vôtre

Annah

La douleur physique peut-elle apporter du plaisir ?

Désir/fantasmes comment négocier?

Cette question simple en théorie pour celles qui ont tenté de changer de mode opératoire, ont pu très vite se rendre compte du fossé qui sépare l’envie de la pratique.
Pas simple de coordonner la tête et le corps.
Votre désir mène la danse, votre tête à donner son accord pourtant à la première marque sur votre postérieur et votre volonté est mise à mal. La douleur est trop forte.
Comment est-ce possible ? Le coup n’est pas si fort. Pourquoi la sensation est à ce point exacerbée

Se pourrait-il que vous soyez douillette ?

1. A vraie dire, c’est souvent l’angoisse projetée sur la séance qui augmente vos perceptions et la tension sexuelle. Nous sommes dotés pour vivre le plaisir/douleur. C’est l’ambigüité de l’être humain et ce qui nous compose : l’ombre et la lumière. On aime se faire peur, on aime la tension mais notre cerveau très prolixe nous joue des tours.

2. Parfois vous êtes juste indisponible. Il faut aussi l’accepter. Nous n’appréhendons pas toujours une séance sous un angle favorable. Parfois les émotions sont tellement refoulées, douloureuses que vous retrouver dans une posture où vous n’avez pas d’autre choix que de laisser couler les larmes. La traversée du désert. Vous pouvez vous y opposer. Sortir la tigresse tapis aux tréfonds, rugir, jurer, bouger, crier, vouloir mordre ou lui garder un chien de votre chienne. Rien n’amoindrira la douleur

Il vous faut passer par la case « céder les armes ».
Certaines n’iront pas jusque là, malheureusement! Elles ne veulent pas, ne peuvent pas, ne sont pas prêtes. Ce qui est gênant car elles garderont cette mauvaise expérience comme référence et cela risque d’accentuer leur appréhension pour un essai ultérieur. De même, les coups de martinet ont marqué bon nombre d’esprit. Ce qui explique pourquoi en règle générale nous ne sommes pas chaudes pour tendre notre croupe.

3. Certaines se font des films avec leurs momy porn ou leurs films cochons saupoudrés à l’eau de rose. D’autres vivent des relations virtuels et dans ce contexte il est très facile d’avoir la palme de la soumission et se penser aimer et résister au fouet badine cravache ou tout autres instruments. Ca vous semble absurde, pourtant il est difficile pour beaucoup de faire la distinction entre leur sexualité rêvée et la réalité d’un corps en chair et en os. 
Il serait plus sage de remettre à plus tard !

Sommes-nous masochistes ?

Pour ma part la réponse est non au contraire, je dirais que je suis à l’écoute de mes besoins peu importe la voix emprunter.
Les vrais maso sont pour moi les personnes qui laissent leurs peurs dicter leur vie. Elles supposent au fond d’elles un certain penchant, une prédisposition pourtant les codes de bonnes tenues les empêchent de passer à l’action.
Les pires sont celles qui se coupent juste au moment où elles prennent conscience que c’est bon. Là c’est une vraie punition infligée au corps.

Dans ce cas que dire du coït. Une personne extérieure novice pourrait très bien voir cela comme de la barbarie. On se prend, on se retourne, on fait des acrobaties. Les coups de butoir n’ont rien de langoureux la majore partie du temps. Vous criez, suez. C’est plutôt bestial si on lui retire la coquille sentimentale.
Je dirai dans cette condition, nous sommes tous capables de jouer et ressentir du plaisir au travers de douleur. Si celle-ci ne porte pas de connotation malsaine. Tout est toujours lier avec l’image que l’on de la sexualité la position que l’on souhaite avoir dans ce jeu et l’image que l’on pourrait renvoyer à sa /son partenaire.

Je sais que notre éducation est biaisée sur le sujet à cela les réseaux ne sont pas près de nous réconcilier quand on voit le nombre de plans cul salace, d’annonces vulgaires ou images dégradantes
Moi, je vous parle d’une relation consensuelle entre adultes qui cherchent à pousser plus loin la découverte des sens , explorer leurs fantasmes et créer de nouveaux besoins.

Douleur – croyances à r

evoir

• la fessée n’est pas toujours une punition
• ni dégradante pour celui qui la reçoit.
• celui qui la prodigue n’est pas un pervers  cela ne relève pas de la cruauté, du machisme ou du sadisme, besoin malsain et refouler se venger des faibles des femmes des minorités.
• Un dominant n’est pas un impuissant qui trouve cet angle pour se faire valoir
• Les hommes comme les femmes aiment donner et recevoir une fessée

Comment me faire chauffer la peau peut-il m’apporter du plaisir ?

La peur – sécrétion d’endorphines à faire

Expérience à mener à deux 

J’ai envie au travers de cette expérience, vous compreniez l’incidence de la respiration sur la douleur. Si vous partenaire arrive à caler les coups sur l’expire, vous allez fondre comme si à chaque fois vous rentriez un peu plus à l’intérieur de vous. Vous allez ressentir la chaleur parcourir votre corps et vous détendre. A ce stade au lieu d’arrêter, vous aller en demander davantage « plus fort » « encore » « continu » plus rapide ». L’onde se lance, ça résonne au plus profond de votre être. C’est un peu comme une décorporation. Vous aurez l’impression de vous flottez comme si vous quittiez la lourdeur de votre corps. Vous pouvez alors vous concentrer sur un espace dans lequel vous êtes bien une plage de sable fin avec la chaleur dans votre dos….
Approfondir votre respiration imaginer que vous respiriez par la plante des pieds jusqu’à la base du crâne. Votre attention est ailleurs ! Seule une main un changement de rythme ou une parole peuvent vous faire redescendre et prendre conscience de la zone travaillée (en général, on se concentre sur le dos et les fesses)
Toujours garder dans une main une clé ou un mot de garde.
Vous pouvez le faire habiller si vous peur d’être marqué ou simplement pour mener le jeu comme ce qu’il devrait être : une expérience pour déterminer les besoins de votre corps
Pour cette mise à l’étrier du plaisir/douleur je choisis la CRAVACHE avec un embout large le martinet risque de distraire votre attention et la badine un peu trop large d’impacte. Exit les longes ou fouets à petites lanières trop vicieux et réservés aux personnes expérimentées.
Bien évidemment vous aurez discuté de vos appréhensions respectives et à mettre en place que si vous êtes certaines de votre partenaire

A expliquer

TEST – Elixir de couples – YESFORLOVE

Bonjour mes petites coquins, je viens à vous avec un cadeau très spécial!

Il était important après cette longue absence, de revenir avec quelque chose pour changer la donne ; vous vous connaissez, vous êtes mutins et depuis le temps que nous échangeons, vous avez appris à vous libérer alors comment faire plus ???? Un jouet, une vitesse, une texture, une position, un jeu, non, j’avais envie de quelque chose pour vous, de plus intime à partager entre vous, aucune interférence, peau contre peau. Un amplificateur  de désir.

Hasard ou pas, depuis le temps que je cherchais une idée pour m’amuser, c’est avec la société de cosmétiques érotiques haut de gamme  YESFORLOVE que je reviens alimenter la rubrique  « test »

Le sujet du jour un ELIXIR DE COUPLES qui aux dires de son fabricant Christian Palix, démultiplie conjointement la jouissance féminine et la performance masculine. »

Le ton est donné. Est-ce la réalité dans le feu de l’action ?

Ce petit pois de couleur translucide au parfum de fraise est à dispenser avec parcimonie.  Un détail qui vaut pour expérience. Je suis comme les gosses quand on me dit de ne pas faire, j’ai cette fâcheuse tendance au contraire, voir et me rendre compte par moi-même. Je l’ai goûté ! 🙂 Grand mal m’a pris, ça pique. Sucette et les léchouilles sont à différer ou à prodiguer avant application.

Hormis cet incident, je reviens avec la tête pleine d’étoiles et une âme fleurette.  Pendant près de 2 semaines, je me suis amusée à appliquer sur les tissus les plus délicats, cette crème innovante pour augmenter le feu du plaisir.

 Et je dirais qu’il tient ses promesses. oui je confirme il augmente les sensations intimes. Question suspens je ne tient pas la distance! Je lui préfère l’action et celle-ci fut un plaisir 🙂

Un souffle nouveau plane sur le frotti-frotta. Une excitabilité accrue. Une vulve gourmande, un clitoris hyper réceptif aux va et vient. Si monsieur prend le bonne angle pour venir frotter le dessus spongieux de la grotte votre point joie (G) va s’en trouver excité au point pour certaines de provoquer la fontainisation alors qu’elles s’en pensent incapables.

Je parle aux couples hétéros par habitude mais sachez que si vous appliquez sur vos doigts respectifs cet élixir pour ensuite venir taquiner vos chattes, le résultat pour les couples de lesbiennes sera identique.
Vous avez aussi la combinaison sexe contre sexe.  Il est compatible préservatif et jouets. Vous pouvez faire un pegging plug ou god. Les variantes n’ont de limite que votre fantaisie.

En revanche et c’est un tord, je n’ai pas essayé avec sodomie pour m’imprégner des sensations similaires à la configuration de couples homosexuels. Je suppose vu la sensibilité de la prostate, vous risquez de déclencher quelques belles sensations. Expérience à poursuivre. En revanche une certitude, il vous faudra apprendre à maîtriser la brûlure et ralentir à défaut vous risquez d’éjaculer trop tôt. Comme le gland est sensible, les sensations sont exacerbées.

Pour la partie augmentation des performances, je reste sceptique car difficile à juger. Si vous êtes un bon amant, vous le resterez, avec taux d’excitation sensoriel accrue . Le feeling tient plus de l’instant que de la performance.  En revanche, si vous êtes mauvais et bien.. vous le resterez, avec ou sens l’élixir, désolée!

Mise en pratique

Telle une perle de rosée déposée sur la pointe d’une branche, cet élixir va venir orner la tige de jade de monsieur. Entre votre pouce et votre index madame, vous vous amuserez à la faire luire. Roulez vos doigts autour de sa hampe pour appliquer cette petite noisette partout où il pourra décupler ses sensations. Monsieur, vous régnerez en maître. Empreint de délicatesse vous viendrez ouvrir les volets et mettre à nu son bouton. Frottez et marquez cette terre connue propice aux délices.  l’élixir commence à agir et c’est une étincelle qui jaillit.

Emportez la sur les montagnes russes tantôt vous attiserez les braises tantôt c’est un souffle froid qui l’apaisera. Quand le rose aura habillé ses joues, plongez dans sa grotte et frapper sur son point joie (G)

pour la suite, je vous laisse libre……

Monsieur en bon chef d’orchestre, il est temps de rajouter un instrument à votre symphonie.

Sa promesse vous faire partager des délices et des orgasmes encore inédits…un complice inespéré est renfermé dans ce petit flacon qui aura pris 2 ans de recherche.

Avis aux coquins, comptez 34€90 (les 30 ml )pour cet amplificateur de prouesses et le lien sur le site YESFORLOVE.  Code avantage  » ANNAH » 5,00 € + Frais de port

Je vous embrasse au plaisir de lire vos commentaires sur le sujet. Venez augmenter les 88% de satisfaits

Sensuellement vôtre!

annah

 

 

Soumise, une nature contrariée

SOUMISE – novice- disciple- meiko

peu importe l’étiquette!

Loin d’être masochiste l’idée d’être contrainte physiquement et psychologiquement me faisait mouiller ma petite culotte. C’est dur à admettre ! Aimer être au service du plaisir de l’autre. Vous m’imaginez moi, la femme indépendante dans le rôle de soubrette qui attend des ordres d’un dominant pour pouvoir goûter son plaisir ………cela venait heurter le cadre de ma morale, malgré la réaction physique.

Soyez franches les filles, combien parmi vous acceptent vraiment leur nature ?

Il m’aura fallu près de 2 ans pour me rendre à l’évidence. Et oui, je ne suis pas plus douée que vous ! Mon corps et ma tête sont en désaccord. Pas si simple de faire ce qu’on veut de moi. Je comprends d’autant mieux vos réticences, pour être passée par là.

J’ai beaucoup tourné autour du pot, nié souvent puis discuté..beaucoup..longtemps avec mon mari et dominateur. Rencontré des acteurs de ce milieu, lu des ouvrages techniques comme érotiques. Je ne peux pas dire que j’étais séduite à ces perspectives. Trop hard, trop extrêmes, Trop cruel. Loin de l’image que je supposais de notre devenir de couple. Vraiment à l’opposé de moi. Le côté communautaire, la frontière entre le jeu et la réalité, le risque de tomber dans le tableau maître/esclave, la perte de mon libre arbitre bref j’en passe vous avez sans doute les vôtres.

Ces croyances qui nourrissent nos peurs et nous rendent l’accès au plaisir cahotique.

Après tout, QUI m’empêche de trouver une certaine latitude dans cette pratique ? Mon dominateur et moi, sommes les seuls à pouvoir développer cette activité consensuelle. Tout comme vous ! La chose la plus dure en faite, c’est de s’accepter telle que l’on est, au lieu de réprimer sa nature. Avec l’auto flagellation intellectuelle aucun plaisir ! Autant faire bouillir vos sens sous la caresse appuyée de votre partenaire 😉

Qu’est-ce que la soumission m’apporte ?

La dynamique Dominant/Soumise me permets de tenter des expériences qui dans la vie courante me seraient impossible à mettre en place. Il n’y a que dans ce jeu où je peux retrouver mon âme enfantine mutine et joyeuse. Je peux passer sur mes traumatismes et leur imprimer une nouvelle donne. Je peux transformer la femme timide en louve. Je suis entendue et accepter dans mon évolution. Dans les bras de mon dominateur je m’apaise.  Je me sens désirée, au centre de ses attentions. Je sais que je suis en sécurité.

Combien parmi vous ressentent cela dans leur relation vanille ? Combien sont satisfaites après leurs rapports ? Un indice > Impression de flotter, le corps complètement libéré de ses tensions peut être la sensation d’être shootée. un orgasme ou deux. OUI/NON je ne sais pas trop. pas bien sentie passé inaperçu.mon vagin a servit de dévidoir à sperme et il s’en est allé. A quoi servent mes seins???

Pour la plupart, si je ne m’abuse c’est vide/frustration/solitude au menu

Si j’écris ces lignes, c’est pour vous aider à trouver un juste équilibre entre l’ombre et la lumière. Attention, je ne vous invite pas à pratiquer le BDSM mais juste à faire un point entre vos désirs et ce que vous vivez. La manière d’entretenir votre désir et les fantasmes qui vous envahissent. L’envie d’expertise et la maladresse qui colle à votre conjoint.

De mon côté, le chemin est encore à déterminer et déjà je vous confirme être une novice peu docile :). C’est de la bonne volonté à pimenter l’échange, non?? J’aime surtout l’idée de jouer carte sur table, pouvoir m’abandonner pour un temps, me couper du quotidien, lâcher les responsabilités et devenir qui j’ai envie. D’ailleurs mon côté espiègle, se raccroche à cette phrase souvent entendu « pour être un bon dominant, il faut goûter son châtiment » alors lors de certaines séances, je switch. C’est jubilatoire ! Est-ce que cela fait de moi une dominatrice en herbe ? Pas le moins du monde !

C‘est le blog annah qui m’aura fait prendre conscience de mes besoins grandissants. J’espère qu’il vous aidera

Voici la liste non exhaustive de mes pêchés ? Si vous cochez BON sur chacune, vous êtes perdues :)!

  1. SHIBARI
    J’ai posté quelques articles sur le shibari d’où le bondage est issu. Je lui préfère ce nom d’ailleurs. Il parle à ma fibre artistique. Je n’oublie pas son origine. Pour ma part, j’aime l’idée de lui servir de toile vierge, sa concentration à nouer la corde autour de mon corps. Le sentir m’effleurer appuyer et révéler certaines parties pour le séduire. J’aime cette patience dans la construction. Le jeu de cache-cache qui s’instaure, mon abandon réel devant son savoir faire
  2. FESSEES
    Je ne suis pas peu fière de moi depuis la parution des articles sur la fessée et/ou les jouets si référents même s’ils tenaient plus de l’ordre du plaisir que de la torture. Quelques postérieurs ont pris une teinte rosée 🙂
  3. BRULURE
    J’ai allumé le feu avec le jeu des bougies de massage. De très bons scénarios de glissades au senteurs de patchouli cannelle et crème brûlée
  4. JEUX DE ROLES
    Je vous ai soumis l’idée d’inversion des rôles et j’ai insisté sur l’importance de ne pas se prendre au sérieux. Quelques hommes ce sont vu affublé d’une petite robe noire d’autres auront joué le pompier ou le médecin pour le plus grand plaisir de ces dames.
  5. OBJETS DE TORTURE
    PINCES A SEINS, ROULETTE DE ROTENBERG, BARRE D’ÉCARTEMENT, MARTINET, CRAVACHE BADINE, FOUET , MENOTTES. Il me reste la croix les écarteurs les spéculums mais je suis moins chaude.
  6. SEXTOYS
    Je crois m’être bien dévouée à la cause.Vous avez dans la rubrique dédiée un florilège de jouets pour hommes et femmes. Vous ne m’en voudrez pas si j’en reste là.
  7. BOULES DE GEISHA
    Était-ce là un signe ? Se préparer pour mieux le recevoir et maîtriser son corps pour mieux le servir 🙂

Je vous ai également parlé de contrat entre adultes consensuels.  Je vous ai invité à poser vos limites sexuelles (oui, non, peut être). A redéfinir, si vous doutez si vous avez évoluez ou si vous avez changé de partenaire. J’ai insisté plus que nécessaire sur la nécessité de communiquer

Il ne manquait plus que l’étiquette. Est-ce vraiment utile? l’avenir me donnera raison ou pas.

Il ne suffit de se glisser sous la couette pour savoir allumer le désir surtout après quelques années.

Et vous qu’elle sera la direction empruntée pour allumer votre désir ces 7 prochaines années ?

Sensuellement vôtre

ANNAH

image couverture http://ffffound.com/image/d1a3ddd12af5784e0cc5d0025bb6c1b1bb823824

L’expression d’une sexualité plus aboutit

Les années passent nous égrainons les pétales de notre désir, arrivé au cœur sera-t-il fané ? 18 ans de vie commune, un morceau de vie et toujours l’envie de se plonger dans l’autre, avec,  sous et sur lui. Les 20 prochaines seront-elles aussi pétillantes ?

Putain de corps qui nous trahit. Les petits et les gros bobos auront laissés leurs empreintes.

Une phrase de Gérard Leleu qui m’accompagne depuis des années et qui est certainement l’une des motivations à tenir ce blog. Traité le plaisir, sans lui la vie serait un calvaire! Jouir, encore, demain toujours. La survie de notre couple en dépend. La tiédeur des couples amies, conciliants, trop peu pour moi, l’ennui, les petits enfants et le train train.

J’opte pour la petite mort. Un nouveau pacte l’union des amants. Un nouveau tatouage, une alliance un collier et l’aventure continue.

Alors voilà,  si je poursuis ma voie, un virage m’aura fait faire une embardée.

Longtemps j’ai lutté, pesté, incrédule à l’évidence. Mon éducation rigide tenait le cape et mon égo la barre aujourd’hui je suis arrivée au port. Je dépose les armes et je décide de me soumettre.

Oui vous l’avez bien lu. Annah sera pour les prochains posts une meiko une soumise une élève qui a remis les commandes de son expressions sexuelles à son Maître et mari.

J’espère comme toujours permettre aux femmes qui me lisent de trouver elles aussi leur plaisir avec comme seules entraves,  cordes et menottes

J’ai adoré vos confidences vos questionnements, ils m’auront fait avancer.

J’ai hâte de reprendre nos échanges

Si vous souhaitez partager vos expériences sur vos pratiques « hors vanille » l’abandon, les limites, les dangers, l’exploration de sensations nouvelles,  remplissez la case commentaire ci-dessous

Je vous embrasse à très vite

Annah

Cette image est issue du fabricant Lelo  retouvez leurs articles > https://www.lelo.com/fr/blog/

L’ORGASME pour qui, quand, comment????

L’orgasme c’est QUOI??

Personne de ton entourage pas même une bonne copine ne t’a un jour posé cette question qui gratte ?

C’est quoi pour toi avoir un orgasme? tes sensations?? comment fais tu pour y parvenir ?est-ce que c’est à chaque rapport?

Je reçois régulièrement des témoignages de femmes qui m’avouent ne pas savoir si elles ont joui.

ça peux te sembler étrange qu’elles ne sachent pas.

Et bien, moi, pas autant, tout du moins, je le comprends pour l’avoir vécu et ressenti.

Quand on ne connait pas les ressources du corps et sa puissance et les phénomènes physiologiques qui s’y rattachent, le simple fait d’être aimée et se sentir bien, donnent l’impression que c’est ça le plaisir. Rien de mal à cela!

On a juste un arrière goût comme si quelque chose n’était pas aboutit mais malgré tout on se sent bien. Repue, un temps de bien être, une bonne fatigue comme après une course.

Pour preuve, notre rythme cardiaque c’est accéléré pendant le corps à corps. Nous présentons les signes corporels du plaisir : la peau couverte de plaques rouges, le sexe gonflé, la pointe des seins en érection, la peau sensible au contact.

Alors oui, on peut penser, sans données comparatives, que ce puisse être sinon du plaisir sexuel, les bienfaits de l’orgasme

Et puis l’autre en face a fait son affaire. Lui c’est visible enfin dans la mesure où le plaisir est associé à l’éjaculation. Il n’a pas semblé s’émouvoir de ne pas entendre de cris, les yeux palpiter, la tête partir en arrière. Il t’a regardé avec amour, un sourire enjôleur s’est peint sur ses lèvres. Il t’a semblé satisfait et lui s’est contenté de ce que ton corps avait à lui offrir.

Donc, puisque personne ne semble vraiment savoir ce que la femme est censée ressentir, tu peux supposer que c’est la finitude.

L’orgasme COMMENT ?

25% des femmes déclarent d’après l’étude d’Elisa Brune n’avoir jamais atteint l’orgasme, 31% régulièrement mais pas à chaque fois et seulement 44% souvent. Savoir quand comment et ce que ça fait vraiment les témoignages sont si différents qu’il est difficile de donner un cahier des charges à suivre pour y parvenir.

L’intérêt de ce type d’étude c’est qu’elle montre notre manque de connaissance du mécanisme. L’orgasme peut se déclencher n’importe comment, avec ou sans stimulation sexuelle, en état de stress, en rêve sous la colère avec contact direct ou indirect. Vous pouvez transgresser l’ordre moral être amoureuse  ou fantasmer, l’orgasme ne s’invite pas à chaque foi. Autre point rassurant la fréquence orgasmique augment avec l’âge.

On continue la découverte de soi et de l’autre!

l’orgasme QUAND ?

Quand la femme fait la découverte de l’orgasme, c’est parfois en lien avec le changement de partenaire souvent très tardif dans une vie sexuelle. Le CHOC !

C’est l’étincelle, le feu d’artifice, l’apothéose. Est-elle plus disponible, mieux préparée, moins complexée, l’homme plus expert, plus attentif, un contexte favorable …. ?

Le changement de cadre, extra conjugale, la peur, l’éphémère suffit parfois à lancer le plaisir un peu plus haut qu’à l’’habitude.

Se permettre dans les bras de cet homme ou femme de passage  de livrer une part de soi, plus intime. Une position un acte un contexte plus érotique et vous avez craquez l’allumette qui va mettre le feu à votre désir.

Voici quelques phrases qui sonnent le désespoir

  • J’ai renoncée depuis le temps
  • J’en ai fait mon deuil
  • Acharnement /souffrance inutile, j’abandonne !
  • C’est lassant
  • Ça m’a mis trop la pression, pour rien

L’orgasme, ça ressemble à quoi ?

L’orgasme c’est une montée plus ou moins lente selon l’excitation, le manque, l’appétit sexuel et la dextérité du partenaire. C’est quelque chose qui te balaie. Une chose qui ne peut être contrôlée si on le libère totalement. C’est puissant. Le corps se tend, tu sens cette énergie circuler, prendre de l’ampleur. Tu as envie de l’expulser au même moment tu te remplis de joie. Il t’apaise un instant avant de t’appeler à nouveau. Il t’allume de l’intérieur, tu as envie de revivre cette sensation qui mélange beaucoup d’émotions. C’est pourquoi on voit le visage se crisper comme si nous prenions un masque de douleur. On crie on pleure parfois un sourire se peint sur le bord des lèvres, les yeux sont vitreux. Il libère quelque chose de plus grand, le désir de vie, le désir de l’autre, le désir de manger, de recommencer, de partager de crier.

l’orgasme EN IMAGE

  • une ascension
  • une explosion
  • un feu d’artifice
  • un tsunami
  • une vague
  • un éclair
  • un tremblement de terre
  • une chute vertigineuse
  • une source jaillissante

On peut comprendre que cela puisse faire peur. Il montre un visage de la femme qui n’est pas celui que nous sommes habituées à contrôler.

Ce que tu nommais jusqu’à présent plaisir, n’est en rien comparable avec ce que tu t’apprêtes à vivre. Et nul autre pareil, tu ne pourras accepter la tiédeur. Les vannes vont s’ouvrir. C’est temps décomplexé où tu vas t’autoriser, t’amuser avec ton corps. A présent même seul, il viendra te chercher !

Il est temps de te découvrir, t’autoriser à être présent à ton corps, accepter tes envies, t’ouvrir à la jouissance des sens.

Comment faire ?

Passe à l’action ! Amuse-toi avec ton corps, regarde-le, découvre-le, caresse-le, aime-le !

Je vous embrasse toutes

et si vous avez besoin de parler avec quelqu’un de vos difficultés une coach à votre écoute via skype mail

Annah

*image source overratd